Les questions que vous vous posez

Je ne crois pas en la réincarnation. Puis-je quand même suivre une thérapie prenant en compte l’existence de vies antérieures?

Les thérapeutes appliquant des techniques de régression ont une vision très large du passé. Mais si vous-même n’êtes pas ouvert à l’existence de vies antérieures, votre subconscient vous fera vraisemblablement revivre plutôt des expériences qui ont eu lieu dans votre vie actuelle. Revivre ces moments de votre passé a autant de valeur que revivre des vies antérieures parce que cela vous offre la possibilité de transformer ce qui vous encombrait jusqu’à présent.

Il n’est pas nécessaire de croire en la réincarnation pour suivre cette thérapie mais il est important d’accepter de prendre au sérieux ses propres expériences.

Vais –je être hypnotisé?

Vous n’êtes pas hypnotisé. Les thérapeutes qui ont recours à des techniques de régression utilisent la transe pour faire revivre ce qui était inconscient. Cela se passe directement, sans relaxation ou autre technique d’induction. Une très grande concentration sur le problème vous permet d’entrer directement en relation avec l’événement inconscient qui va vous permettre de solutionner un certain aspect de votre problème. Une autre partie de votre conscience reste ancrée dans la réalité du lieu et de l’instant que vous vivez dans le cabinet de votre thérapeute.

Les régressions vers les vies antérieures sont-elles dangereuses?

Votre inconscient ne laisse passer que les expériences du passé que vous pouvez actuellement supporter. Ceci parce que vous êtes en transe et qu’une partie de votre conscience est toujours reliée à l’ici et maintenant. Il ne peut donc rien se passer que vous ne puissiez accepter. En outre, votre thérapeute est membre de l’Association Néerlandaise  des Thérapeutes des Vies Antérieures (NVRT), une association professionnelle qui contrôle et améliore la qualité de ses membres. Lorsque votre thérapeute est membre de cette association, vous pouvez attendre de lui, entre autre, un accompagnement de qualité pendant que vous revivez les moments douloureux de votre passé, et une bonne conclusion de la session. De plus, vous pouvez compter sur un travail thérapeutique systématique tenant compte d’objectifs thématiques.

Existe-t-il des contre-indications?

Lorsqu’ils revivent des moments du passé, les clients sont souvent confrontés avec des émotions non assimilées et des souvenirs douloureux. Ils doivent vouloir travailler sur ces points et pouvoir supporter ce travail. En outre, ils doivent être disposés à prendre au sérieux ce qui émerge de leur inconscient sans refuser dès le départ ce qui leur semble manquer de sens.

Cette forme de thérapie n’est pas appropriée pour les handicapés mentaux qui disposent de trop peu de capacités pour pouvoir comprendre, décrire et assimiler le passé. Les clients psychotiques ou les personnes qui sont au bord de la psychose (borderline) sont rarement en état de suivre cette forme de thérapie. Il est également difficile d’obtenir des résultats avec les personnes qui souffrent d’une dépendance (alcool, drogues). En effet, le processus thérapeutique est basé sur les propres expériences, sur la compréhension personnelle, la prise de responsabilités par rapport à soi-même, l’investissement.

Lorsque les facteurs précédents ne jouent pas, chacun peut sans problème suivre une thérapie par la régression. La plupart des clients entrent facilement en transe et revivent des expériences de leur jeunesse, de la période passée dans l’utérus ou de vies antérieures. Ils découvrent que ces anciens problèmes non assimilés sont directement reliés aux difficultés pour lesquelles ils consultent.

Peut-on faire faire des régressions aux enfants?

La thérapie par la régression peut être appliquée aux jeunes enfants. Différentes techniques ont été développées qui adhèrent à la vision qu’ils ont du monde. Moi-même je ne travaille plus avec les jeunes enfants. Je travaille avec les adolescents à partir de ±14 ans.

Procédure de plainte

 En tant que thérapeute professionnel dans le domaine de la régression et en tant que membre de l’association professionnelle NVRT, qui contrôle la qualité de ses membres, je souhaite que vous soyez satisfait des sessions. Parfois il peut en être autrement. Dans ce cas, vous pouvez suivre la démarche suivante :

a. En première instance, vous pouvez m’adresser votre plainte, par écrit ou oralement. Ensemble, nous essayons de résoudre le problème pendant un entretien personnel. Lorsque durant cet entretien aucune solution apportant satisfaction à chacun d’entre nous ne peut être trouvée, et seulement alors, vous pouvez vous adresser gratuitement à un agent des plaintes Néerlandais. Cette voie peut durer plus longtemps.

b. L’agent des plaintes (klachtenfunctionarisest une personne indépendante qui n’est pas reliée à l’association NVRT. Il/elle ne prend pas parti, ni pour vous en tant que client, ni pour moi en tant que thérapeute. L’agent des plaintes essayera dans un délai de 6 semaines maximum (lors d’une enquête sur une plainte, dans un délai de 10 semaines au plus) de solutionner la plainte grâce à une consultation conjointe. Cela signifie que vous, en tant que client, moi en tant que thérapeute, et l’agent des plaintes, cherchons ensemble à trouver une solution.

c. Si vous n’êtes pas satisfait par la solution offerte sous b), vous pouvez alors déposer une plainte auprès du comité des différends (Geschillencommissie). Ce comité des différends a bien un cadre juridique mais n’est pas encore une instance judiciaire. Cette démarche est pour vous une alternative facile d’accès et qui permet d’éviter l’étape vers le juge civil.

Le comité des différends examine les liens de causalité et culpabilité, et examine de façon neutre les deux parties. Le comité des différends rend son jugement dans un délai de six mois maximum, à compter de la date de présentation du différend. Ce jugement est irrévocable et ne vous donne pas la possibilité de vous tourner à nouveau vers le juge. Par contre le thérapeute peut, lui, s’adresser au juge s’il pense que la procédure n’a pas été bien menée par le comité des différends.

L’association professionnelle NVRT est connectée à Quasir/Zorggeschil, une instance habilitée à régler les différends, instance qui exécute la procédure de plainte. Voir https://quasir.nl/zorggeschillen/